Qu’est-ce qui change après une intervention gynécologique ?

Qu’est-ce qui change après une intervention gynécologique ?

Les interventions gynécologiques peuvent affecter votre corps de différentes manières. Le plus souvent, ces procédures impliquent l’utilisation d’un instrument grossissant appelé colposcope pour examiner votre utérus. Si votre médecin trouve quelque chose d’inhabituel, il enverra souvent un échantillon à un laboratoire pour des tests supplémentaires. D’autres procédures gynécologiques courantes comprennent la dilatation et le curetage (D&C). Au cours d’une dilatation et d’un curetage, votre prestataire de soins retire une partie de la muqueuse de votre utérus à l’aide d’un dispositif d’aspiration et d’une curette tranchante. Ce procédé est souvent nécessaire pour les procédures d’avortement, les rétentions placentaires et les grossesses molaires.

Traitement chirurgical des cancers gynécologiques

Différentes procédures chirurgicales sont disponibles pour le traitement des tumeurs gynécologiques. Généralement, la chirurgie implique l’ablation de la tumeur et, dans certains cas, du col de l’utérus, de l’utérus ou des ovaires. Dans de nombreux cas, une radiothérapie est également nécessaire pour éradiquer la tumeur. Cette thérapie peut être administrée comme traitement primaire ou comme thérapie adjuvante. L’UT Southwestern Cancer Institute dispose d’une salle de curiethérapie de pointe, qui utilise une source temporaire de matériau radioactif pour tuer les tumeurs gynécologiques sans endommager les tissus sains.

Bien que l’intervention chirurgicale soit souvent la modalité de traitement la plus courante pour les cancers gynécologiques, les patientes doivent tenir compte de l’impact du traitement multimodal sur leur qualité de vie. Ceci est particulièrement important pour les survivants du cancer et les patients atteints de maladies chroniques. Une brève évaluation peut aider le médecin à prendre en compte les modalités de traitement associées et à évaluer l’impact global du traitement du cancer gynécologique sur la qualité de vie.

Une équipe multidisciplinaire est disponible pour soutenir les patients après le traitement du cancer. Les membres de l’équipe comprennent des professionnels formés aux dysfonctionnements du plancher pelvien et aux défis psychologiques associés au cancer. Grâce à une approche multidisciplinaire de la gestion de la douleur liée au cancer, l’équipe de soins de l’ACCT peut identifier les patients à risque de dysfonctionnement sexuel.

Alors que les traitements chirurgicaux des cancers gynécologiques peuvent éliminer le cancer, les problèmes sexuels peuvent persister et influencer la sexualité. Alors que la dysfonction sexuelle dans les populations saines peut être atténuée par des réseaux sociaux de soutien, l’autoschéma sexuel d’une femme peut être affecté après un traitement chirurgical.

Un gynécologue oncologue doit avoir une large formation en matière de cancers gynécologiques. Il doit être capable de réaliser des procédures avec ou sans collègues spécialisés dans des centres à faible et à fort volume. D’autres compétences souhaitables comprennent les procédures impliquant des spécialités chirurgicales connexes, telles que l’urologie, la chirurgie plastique et la chirurgie colorectale.

Traitement chirurgical des polypes utérins

Les patients qui recherchent un traitement chirurgical pour des polypes après des procédures gynécologiques doivent être conscients des complications potentielles associées à la procédure. Les polypes qui ne provoquent pas de symptômes peuvent disparaître d’eux-mêmes. Cependant, si vous souffrez de polypes récurrents ou de douleurs intenses après une polypectomie, la meilleure solution est de chercher un traitement supplémentaire. Votre médecin peut suggérer des médicaments pour soulager les symptômes ou effectuer des tests supplémentaires pour confirmer le diagnostic.

Parmi les symptômes des polypes utérins, citons les saignements menstruels abondants, les saignements menstruels irréguliers, l’infertilité et les pertes vaginales abondantes. Certains polypes peuvent se prolonger à travers le col de l’utérus, qui est l’ouverture entre le vagin et l’utérus. Votre médecin peut rechercher des polypes lors d’un examen physique. Les polypes qui se prolongent à travers le col de l’utérus provoquent souvent une douleur sourde dans le bas du dos ou de l’abdomen. Bien que la douleur ne soit pas toujours importante, elle peut être gênante.

Si vous avez un polype utérin, la chirurgie peut être une option. Selon l’intervention, on vous donnera une anesthésie locale ou on vous endormira. Pendant l’intervention, une infirmière surveillera votre tension artérielle et vous demandera si vous avez mangé quelque chose récemment.

L’hystéroscopie est une autre option. Il s’agit d’un tube lumineux fin et flexible qui permet à votre médecin de regarder à l’intérieur de l’utérus. Elle est souvent utilisée en conjonction avec la chirurgie pour enlever les polypes utérins car elle permet à votre médecin de voir les polypes de plus près.

Bien que le traitement chirurgical des polypes utérins après ces interventions puisse être une option pour vous, il existe plusieurs risques associés à cette chirurgie. Une femme peut présenter des saignements abondants après l’intervention, un syndrome de surcharge liquidienne ou même une récidive des polypes. Les risques de la chirurgie varient en fonction de l’étendue du polype et de son risque de malignité. Il existe plusieurs types de procédures pour enlever un polype, notamment le curetage, la visualisation directe et l’ablation mécanique des tissus. Cependant, la chirurgie hystéroscopique est généralement préférée au curetage et à l’ablation mécanique des tissus.

Dans certains cas, les polypes peuvent être difficiles à diagnostiquer. Certains peuvent être des pseudo-polypes, tandis que d’autres peuvent être des tumeurs bénignes. Pour un diagnostic plus précis, un médecin peut utiliser une sonohystérographie, qui utilise des ultrasons pour visualiser l’utérus.

Lors d’une opération, une incision est pratiquée dans l’utérus et les fragments de tissu sont retirés à l’aide d’un résectoscope à boucle métallique bipolaire ou monopolaire. Traditionnellement, les spécimens étaient retirés par des approches transcervicales, mais des techniques plus récentes peuvent permettre la résection des tissus et l’extraction des spécimens simultanément. Cela peut réduire le temps opératoire et augmenter les chances d’une élimination complète des lésions.

Les patients peuvent s’alimenter normalement après une intervention gynécologique, mais peuvent éprouver une perte d’appétit pendant quelques jours après l’opération. Des repas petits et fréquents aideront à atténuer tout problème d’appétit. Si vous souffrez de vomissements ou de constipation, veillez à le signaler à votre prestataire de soins.

Traitement chirurgical des kystes ovariens

Le traitement chirurgical des kystes ovariens peut être réalisé de deux manières : par une procédure ouverte et par une chirurgie laparoscopique. La chirurgie laparoscopique nécessite une petite incision dans l’abdomen et est plus pratique pour les patients. Elle permet au chirurgien de voir le kyste et les tissus environnants. Cependant, dans certains cas, un kyste de grande taille ou des kystes multiples peuvent nécessiter une chirurgie ouverte.

La chirurgie laparoscopique consiste à pratiquer une petite incision dans la paroi abdominale, puis à insérer une petite caméra dans le bassin. Cela permet au chirurgien de voir les ovaires et le pelvis, et d’enlever les kystes. Pendant l’intervention, des points de suture dissolvables sont utilisés pour fermer l’incision.

La laparoscopie est la procédure chirurgicale la plus courante pour les kystes ovariens. Elle consiste à insérer un tube fin muni d’une caméra dans la cavité abdominale. Le chirurgien utilise ensuite un instrument chirurgical pour retirer le kyste. Un échantillon de tissu sera également prélevé et examiné. Le patient est généralement en mesure de rentrer chez lui un jour ou deux semaines après l’opération. Les patients doivent éviter de consommer de l’alcool ou de porter des charges lourdes la nuit précédant l’intervention. Ils seront mis sous anesthésie pendant l’intervention.

La chirurgie laparoscopique à orifice unique peut être une option pour le traitement chirurgical des kystes ovariens géants. Ses avantages incluent une interférence pelvienne minimale et une récupération postopératoire rapide. Cette procédure est également plus avantageuse pour les femmes plus jeunes. Après l’intervention, la patiente ne doit plus ressentir de douleur et peut marcher. Cependant, le temps de récupération après l’opération peut aller jusqu’à douze semaines.

Bien que la plupart des kystes ovariens soient inoffensifs, les cas graves peuvent entraîner des saignements importants ou des caillots sanguins qui limitent la circulation du sang vers les organes internes. Dans les cas graves, ils peuvent même entraîner la mort. Bien que la plupart des femmes ne ressentent pas les symptômes d’un kyste ovarien, certaines peuvent ressentir de fortes douleurs dans l’abdomen et saigner facilement.

Le traitement chirurgical des kystes ovariens est généralement nécessaire dans certains cas. En plus de la chirurgie laparoscopique habituelle, certaines patientes doivent subir un scanner pour déterminer si le kyste est malin. Certaines patientes subissent d’autres types de procédures gynécologiques qui peuvent entraîner le développement de kystes géants.

La chirurgie laparoscopique représente une amélioration majeure par rapport aux chirurgies précédentes, avec un meilleur grossissement et une durée d’hospitalisation réduite. C’est la méthode préférée pour les petits kystes ovariens. La procédure peut toutefois être trop invasive pour les kystes de grande taille. Dans ce cas, les patientes peuvent avoir peur de répandre le liquide du kyste, ce qui peut entraîner la propagation de cellules malignes.

La meilleure option pour les patients qui souhaitent subir une intervention gynécologique sans ressentir de symptômes est la cystectomie laparoscopique. Cette procédure peu invasive utilise un laparoscope fin et une caméra pour regarder à l’intérieur du pelvis. Le chirurgien retire le kyste à l’aide de petits instruments chirurgicaux. La plupart des patientes rentrent chez elles le jour même.

Sujets similaires

Total
6K
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *