Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Les symptômes de l’endométriose peuvent inclure l’inflammation, la douleur et la formation de tissu cicatriciel. La maladie entraîne également une perte d’environ 10 heures de travail par semaine. Le symptôme le plus fréquent est la douleur. Les symptômes peuvent apparaître avant ou après la ménopause. Si vous suivez un traitement hormonal pendant la ménopause, vos symptômes peuvent persister.

Douleur

La douleur est l’un des symptômes les plus courants de l’endométriose, mais la maladie peut également entraîner d’autres symptômes chez la femme. L’endométriose est une maladie progressive et chronique qui affecte les organes reproducteurs. Elle touche une femme sur dix en âge de procréer et on estime que 176 millions de personnes en souffrent dans le monde. Certains des symptômes sont similaires à ceux des règles habituelles, notamment les douleurs pendant ou après les rapports sexuels. D’autres symptômes de l’endométriose comprennent des douleurs pelviennes, des douleurs dorsales et des douleurs pelviennes à long terme.

Les patientes atteintes d’endométriose ressentent souvent des douleurs pendant les rapports sexuels, et elles peuvent continuer à ressentir des douleurs deux jours après la rencontre. En outre, l’endométriose peut provoquer des selles douloureuses et rendre difficile la conception d’un enfant. Les tissus peuvent obstruer les trompes de Fallope et empêcher l’ovule de rencontrer le sperme. Cela peut entraîner des complications lors de l’accouchement.

La douleur est l’un des symptômes les plus courants de l’endométriose, mais elle n’est pas liée à la gravité de la maladie. Certaines femmes n’éprouvent qu’une faible douleur, tandis que d’autres ressentent de fortes douleurs pendant leurs règles. Quel que soit le degré de douleur que vous ressentez, il est essentiel de consulter votre prestataire de soins si vous pensez être atteinte d’endométriose.

Le grand public et les prestataires de soins de santé de première ligne ignorent souvent l’existence de cette maladie, ce qui entraîne un retard important dans le diagnostic et le traitement. La stigmatisation associée à l’endométriose et aux douleurs pelviennes empêche également les patientes de rechercher des soins médicaux pour cette maladie. En outre, les systèmes de soins de santé manquent souvent de l’expertise nécessaire pour fournir des soins appropriés aux patientes souffrant d’endométriose.

Différents traitements sont disponibles pour l’endométriose, chacun ciblant des symptômes spécifiques. La première étape du traitement consiste en un examen approfondi par votre gynécologue. Le médecin peut également demander des IRM et des échographies pour confirmer le diagnostic. Dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale peut être recommandée.

Formation de tissu cicatriciel

Chez les femmes atteintes d’endométriose (SE), la formation de tissu cicatriciel sur la paroi abdominale antérieure est un symptôme de cette maladie. Cette condition a été observée chez des femmes qui se sont présentées avec des douleurs abdominales aux urgences et dans les cliniques de chirurgie générale. L’étude actuelle examine rétrospectivement 19 patientes qui ont été opérées dans une clinique entre janvier 2010 et janvier 2017. L’âge moyen des patientes était de 30,8 ans, et la majorité d’entre elles avaient un indice de masse corporelle de 25 ou plus.

L’endométriose est également une cause fréquente d’adhérences, qui sont des bandes épaisses de tissu cicatriciel qui lient les organes entre eux. Le processus de formation des adhérences est influencé par une inflammation locale dans la région pelvienne. L’inflammation entraîne la formation de tissu cicatriciel dans les tissus, et il s’agit d’un processus normal pour l’organisme. Les adhérences liées à l’endométriose peuvent être fines et filandreuses, ou épaisses et denses. Selon leur emplacement, elles peuvent provoquer des douleurs, une dyspareunie ou une infertilité.

Le développement du tissu cicatriciel dans l’endométriose peut affecter la fertilité. Le tissu cicatriciel peut empêcher la libération de l’ovule de l’ovaire ou de la trompe de Fallope et entraver l’implantation d’un ovule fécondé. L’affection affecte également l’environnement pelvien de la femme et, par conséquent, ses chances de grossesse peuvent être affectées.

L’endométriose peut affecter les trompes de Fallope et l’intestin, ainsi que la muqueuse de la cavité pelvienne. Ce tissu anormal est souvent situé sous les ovaires ou derrière l’utérus, et moins fréquemment dans le vagin et l’intestin. Environ 10 % des femmes aux États-Unis reçoivent un diagnostic d’endométriose, qui est la cause la plus fréquente de douleurs pelviennes et d’infertilité.

Le traitement de l’endométriose peut inclure la pilule contraceptive, l’hormonothérapie ou la chirurgie. L’hormonothérapie peut empêcher la formation de nouvelles adhérences et peut également soulager la douleur. Le traitement chirurgical n’est cependant pas nécessaire dans tous les cas. L’objectif de ce traitement est de briser le tissu cicatriciel existant et de l’empêcher de se reformer.

Inflammation

L’inflammation est l’un des symptômes les plus courants de l’endométriose, et elle joue un rôle dans la progression de la maladie. La réponse inflammatoire de l’endométriose implique la production de facteurs et d’hormones inflammatoires. La réponse inflammatoire entraîne une augmentation de la douleur et de la fatigue. Elle peut également être détectée par des analyses de sang.

Bien que l’endométriose n’ait pas de remède connu, des traitements efficaces sont disponibles pour aider à gérer les symptômes et à contrôler la progression. Les options de traitement de l’endométriose comprennent des médicaments qui peuvent aider à réguler les changements hormonaux mensuels. Les contraceptifs hormonaux, tels que les pilules contraceptives et les patchs contraceptifs, peuvent également aider à gérer les symptômes et à prévenir l’évolution de la maladie. Les anneaux vaginaux peuvent également contribuer à éliminer les douleurs liées à l’endométriose chez les femmes présentant des cas plus légers.

L’endométriose est une maladie dans laquelle l’ovaire produit un ovule qui doit traverser la trompe de Fallope, être fécondé par un spermatozoïde et se fixer à la paroi utérine. Si l’endométriose affecte ces étapes, le cycle d’ovulation peut être affecté et la patiente peut ne pas concevoir.

L’endométriose affecte les cycles menstruels, la durée du flux, l’utérus et les trompes de Fallope. Certaines femmes sont plus sensibles à cette maladie que d’autres, il est donc important de parler à votre médecin si vous pensez être atteinte de cette maladie. De plus, la maladie peut affecter votre vie en général, et peut également entraîner des problèmes mentaux et émotionnels.

L’endométriose peut provoquer une inflammation dans la région pelvienne. Certaines patientes peuvent même ne ressentir aucun symptôme. Les patientes atteintes d’endométriose symptomatique sont souvent diagnostiquées par laparoscopie, une procédure chirurgicale mineure. Au cours de cette procédure, un petit échantillon de tissu est prélevé pour diagnostiquer l’affection.

Formation de nodules plus profonds

La formation de nodules plus profonds dans les cas d’endométriose peut être une complication difficile. Ces nodules affectent souvent plusieurs organes de la région pelvienne, notamment le vagin et les ovaires. Cette affection peut également toucher le dôme de la vessie, le côlon rectosigmoïde et les ligaments ronds. Bien que le traitement chirurgical soit généralement efficace, des complications peuvent survenir. Par conséquent, un examen médical approfondi est nécessaire avant de subir une intervention chirurgicale.

Les procédures chirurgicales les plus courantes pour traiter l’endométriose comprennent l’excision et la chirurgie de l’endométriose. Elles sont utiles dans les cas d’endométriose infiltrante et d’endométriose mineure. Dans les deux cas, l’objectif de la chirurgie est d’éliminer toutes les cellules ressemblant à de l’endomètre avec des modifications G-E. En revanche, la chirurgie n’est pas nécessaire pour les endométrioses microscopiques du péritoine et des ganglions lymphatiques. Ces types d’endométriose ne sont souvent pas douloureux et ne provoquent pas d’infertilité.

Bien que l’endométriose extrapelvienne isolée soit rare, elle est parfois difficile à distinguer d’une maladie plus courante. Dans la plupart des cas, l’imagerie des lésions suspectes est nécessaire pour confirmer le diagnostic. L’imagerie est un outil important pour évaluer les lésions suspectes et peut guider le clinicien dans sa décision de les retirer.

Lorsque l’endométriose s’étend à d’autres parties de la cavité pelvienne, elle provoque une réaction inflammatoire et une irritation. Cela peut conduire à la formation de tissu cicatriciel. L’affection se manifeste généralement dans le péritoine, mais elle peut aussi s’étendre aux ovaires, à la vessie, aux uretères et aux intestins.

Le développement de traitements chirurgicaux de l’endométriose est compliqué par le manque de preuves. La maladie est rarement reconnue par le grand public et la grande majorité des prestataires de soins de santé de première ligne ne savent pas qu’elle existe. Cela entraîne un retard considérable dans le diagnostic et le traitement. Par conséquent, les patientes ne reçoivent pas toujours les soins médicaux et les interventions chirurgicales appropriés pour l’endométriose.

Formation d’adhérences

L’endométriose est une maladie chronique et douloureuse qui peut entraîner la formation d’adhérences. Ces bandes épaisses de tissu cicatriciel peuvent lier les organes entre eux. Elles se forment lorsque la région pelvienne est blessée et que le processus naturel de guérison de l’organisme lie les tissus affaiblis. Les adhérences peuvent provoquer des douleurs chroniques, qui peuvent être traitées par des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des antidépresseurs. L’acupuncture, une méthode de médecine traditionnelle chinoise, peut également soulager la douleur.

En plus de la douleur due à l’endométriose, les adhérences peuvent affecter la fertilité d’une femme et causer d’autres problèmes. Dans certains cas, les adhérences endométriales peuvent s’attacher aux ovaires et couper l’approvisionnement en sang de ces derniers. Cela peut entraîner des kystes ovariens. Dans de rares cas, une femme atteinte d’endométriose peut éprouver des difficultés à concevoir. Une intervention chirurgicale pour retirer les adhérences peut augmenter le risque de nouvelles adhérences.

Le traitement des adhérences dépend de la gravité de la maladie. Une procédure laparoscopique permet de retirer les adhérences et peut aider à diagnostiquer la maladie. L’intervention se fait par une petite incision dans l’abdomen, près du nombril. Un petit instrument est ensuite inséré par l’incision pour obtenir des échantillons de tissus. Dans certains cas, la douleur peut être gérée par la prise d’analgésiques ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens. Dans de rares cas, la chirurgie peut être la meilleure option.

Les patientes atteintes d’endométriose peuvent avoir des adhérences dans les ovaires, les trompes de Fallope, la paroi pelvienne, l’intestin grêle et l’utérus. Elles peuvent également ressentir des douleurs dans le bassin ou l’abdomen. Dans certains cas, les adhérences ne sont pas détectées et ne causent aucune douleur.

Les adhérences sont un symptôme courant de l’endométriose, et elles peuvent affecter la qualité de vie des femmes. En plus de la douleur, ces adhérences peuvent affecter la capacité d’une femme à concevoir et peuvent conduire à l’infertilité.

Sujets similaires

Total
6K
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *