Que sont les myomes utérins ?

Que sont les myomes utérins ?

Les myomes utérins sont des tumeurs de l’utérus. Ils sont généralement bénins et peuvent ressembler à une variété de tumeurs fibreuses. Ces tumeurs sont formées par des faisceaux de cellules qui se ramifient dans différentes directions. Les symptômes de ces cancers incluent la dilatation de la cavité utérine.

Normohydramnios

Le normohydramnios est un symptôme fréquent chez les femmes qui ont des myomes utérins. L’utérus est un organe stratifié, dont la couche médiane est composée de muscles lisses, qui se contractent pendant la grossesse et l’accouchement. La couche la plus externe est constituée d’un tissu fibreux fin, qui fournit un soutien mécanique à l’utérus. La taille normale d’un utérus non enceinte dépend de l’âge de la femme et du nombre de grossesses. Il mesure environ 10 cm de long.

En raison de leur faible taille et de leur nature relativement bénigne, les myomes utérins ne doivent pas être suspectés sans examen médical. Néanmoins, il est important de noter que ces tumeurs peuvent affecter la santé de la femme. Il est donc essentiel d’éduquer correctement les patientes afin de garantir un traitement adéquat de cette affection. Lorsqu’une femme présente des saignements anormaux dans l’utérus, elle doit immédiatement consulter un médecin.

Outre les myomes, d’autres types de fibromes utérins peuvent apparaître dans l’utérus d’une femme. La plupart sont bénins et ne présentent aucun danger pour le bébé. L’utérus est un organe en forme de poire situé dans le bassin, où se développe le bébé de la femme pendant la grossesse.

Une chirurgie peu invasive appelée myomectomie laparoscopique ou robotique peut être appropriée pour les femmes présentant des fibromes utérins. Cette procédure implique la réalisation de petites incisions abdominales et l’insertion d’une fine caméra appelée laparoscope. Le laparoscope est placé par l’une de ces petites incisions et les longs instruments sont insérés par les autres.

Fibromes intramuraux

Les fibromes intramuraux, également appelés myomes utérins, sont des excroissances de tissu dans l’utérus. Ces excroissances anormales peuvent atteindre une taille de six centimètres ou plus, et peuvent interférer avec la capacité d’une femme à porter un enfant. Si elles ne sont pas traitées, elles peuvent entraîner diverses complications pendant la grossesse, notamment des douleurs, des nausées et une distension abdominale. Heureusement, il existe plusieurs options thérapeutiques pour traiter les fibromes intramuraux.

L’examen échographique de la cavité pelvienne peut identifier la présence de fibromes intramuraux chez les femmes en âge de procréer. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a montré que le myomètre est constitué de trois couches distinctes, la couche la plus interne étant immédiatement adjacente à l’endomètre (la ZJ). Cette couche la plus interne est importante pour le maintien de la fertilité d’une femme, et les fibromes IM peuvent perturber la ZJ, rendant l’utérus incapable de maintenir son ovulation normale.

Les fibromes intramuraux peuvent être source d’inconfort, en particulier pour les femmes qui planifient une grossesse. Les femmes atteintes de fibromes intramuraux peuvent avoir des menstruations abondantes, des taches entre les menstruations et des douleurs pelviennes. Cette affection peut également entraîner une anémie, ce qui peut provoquer de la fatigue et des maux de tête semblables à des migraines. En outre, les fibromes peuvent entraîner des difficultés à vider la vessie.

Le traitement chirurgical est une autre option pour les femmes atteintes de fibromes intramuraux. Les options chirurgicales comprennent la myomectomie (une opération visant à retirer les fibromes sans enlever l’utérus). Le type de chirurgie le plus courant pour cette affection est une procédure laparoscopique appelée myomectomie. Au cours de cette intervention, les fibromes sont retirés tout en laissant l’utérus intact. Il est également possible de pratiquer une hystérectomie pour retirer la tumeur fibroïde. Cette option est moins invasive, mais nécessite une hospitalisation et un temps de récupération de quatre à huit semaines.

Les médecins détectent souvent les fibromes lors d’un examen pelvien de routine. S’ils trouvent une masse ferme et irrégulière, ils peuvent recommander une échographie pelvienne ou abdominale. L’échographie est un excellent outil de diagnostic, mais il est important de noter qu’il n’est pas toujours possible de voir un fibrome, sauf s’il est très gros.

Leiomyomata

Les myomes utérins, ou léiomyomes, sont des masses constituées de muscles et de tissu conjonctif qui se développent à l’intérieur de l’utérus. La plupart des léiomyomes sont bénins. L’utérus est un organe en forme de poire renversée situé dans le bassin, qui permet la croissance du bébé pendant la grossesse.

Bien que la majorité des myomes utérins soient bénins, environ 1 lésion sur 1 000 est maligne et est appelée léiomyosarcome. Les léiomyomes malins peuvent se transformer en sarcomes. Cette transformation est rare, mais elle peut se produire. Dans la plupart des cas, l’affection peut être traitée par la chirurgie et une approche multidisciplinaire.

L’imagerie diagnostique des léiomyomes peut inclure l’échographie, l’IRM et le scanner. L’échographie est la modalité d’imagerie de première ligne pour les léiomyomes car elle offre de bons détails anatomiques sans l’utilisation de radiations. L’IRM, cependant, permet une planification plus précise avant le traitement. Une séquence multiplanaire pondérée en T2 est recommandée avant l’utilisation de tout agent de contraste. Le scanner n’est pas une modalité d’imagerie recommandée, et son utilité dans les léiomyomes reste discutable.

Les léiomyomes non dégénérés sont généralement isointense en T1 par rapport au myomètre environnant, et sont généralement hypointense en T2. Un rebord hyperintense en T2 est présent dans certains léiomyomes et indique une obstruction lymphatique et veineuse.

Les patientes atteintes de léiomyomes utérins rapportent une expérience négative après le diagnostic. Leur qualité de vie est affectée négativement et leurs mécanismes d’adaptation sont altérés. Cependant, les patientes atteintes d’un léiomyome utérin ne présentent généralement pas un risque élevé de développer un léiomyosarcome.

Bien que la chirurgie reste le seul traitement efficace du léiomyome, elle doit être utilisée avec précaution si le cancer est atypique. Les femmes présentant un fibrome d’apparence inhabituelle doivent être surveillées pour détecter les signes de léiomyome. Des tests diagnostiques supplémentaires peuvent inclure l’IRM et l’imagerie CT.

Hystérectomie L’hystérectomie pour myome utérin est une option pour une femme qui présente une masse importante ou plusieurs petites tumeurs sur son utérus. Cette procédure chirurgicale permet d’enlever l’utérus ainsi que les ovaires et les trompes de Fallope. Bien que l’approche abdominale soit la plus courante, une hystérectomie vaginale est également envisageable. La technique chirurgicale choisie dépend de la localisation et de la taille des fibromes.

Les patientes étaient généralement âgées de 34 à 61 ans. Les symptômes les plus courants étaient des douleurs et une distension abdominales. Dans six cas, la tumeur était associée à une endométriose. Seuls deux patients (7,1 %) ne présentaient aucun symptôme. En outre, trois patientes avaient des antécédents d’hystérectomie pour des affections gynécologiques bénignes. Les patientes ont également été évaluées avant l’opération pour leur taux sérique de CA125, et six d’entre elles présentaient des taux élevés de CA125.

Dans certains cas, les fibromes peuvent devenir malins. Bien que cela soit rare, cela ne signifie pas nécessairement que le traitement ne doit pas être effectué pour prévenir le cancer. Dans de nombreux cas, la seule option de traitement des fibromes utérins est l’hystérectomie. Les patientes atteintes de fibromes doivent se demander si elles souhaitent continuer à porter des enfants ou non. L’hystérectomie pour un myome utérin peut être réalisée à un stade précoce si la tumeur est symptomatique.

Une hystérectomie pour myome utérin est une intervention chirurgicale au cours de laquelle l’utérus est enlevé et examiné à la recherche de léiomyomes. Ces tumeurs sont reliées à l’utérus par des ponts conjonctifs de type pseudocapsules. Ces pseudocapsules sont ensuite séparées du myomètre environnant et fixées dans du formol pour être examinées. Après l’ablation du myome, les UL sont fixées dans du formol et incluses dans de la paraffine pour examen. Dans certains cas, des coupes histologiques en série par paliers sont réalisées pour évaluer les caractéristiques morphologiques du réseau vasculaire de la lésion.

Les sarcomes stromaux endométriaux (ESS) sont des tumeurs rares qui affectent généralement l’endomètre et le myomètre. Cependant, ils peuvent se produire en dehors de l’utérus. Dans ce cas, la tumeur est classée en sarcomes stromaux endométriaux de haut grade ou de bas grade. Plus le grade est élevé, plus le pronostic est mauvais.

Traitement

Le traitement médical est une option pour les myomes utérins symptomatiques, notamment pour les femmes qui souhaitent éviter la chirurgie. Ces femmes peuvent également souhaiter préserver leur fertilité. En outre, la thérapie médicale peut aider le processus chirurgical à être moins invasif après la réduction de la tumeur. Nous allons passer en revue les médicaments récents et bien documentés pour les myomes utérins.

L’UPA a été approuvé en Europe et au Canada pour le traitement préopératoire des myomes utérins. Cependant, seules quelques études ont évalué les effets de l’UPA sur les résultats chirurgicaux. Cette revue systématique résume les données disponibles. Elle montre que l’UPA diminue les saignements péri-opératoires et contribue à réduire la nécessité d’une transfusion sanguine ultérieure. Elle peut également réduire la nécessité d’une morcellation. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l’efficacité de l’UPA.

Les myomes utérins sont les tumeurs pelviennes solides les plus fréquentes chez la femme. Leur apparition est liée à une prédisposition génétique et à l’influence hormonale sur la croissance. À ce titre, une gestion expectative est souvent recommandée pour les myomes. Si la tumeur continue de croître, une intervention chirurgicale est une autre option.

Le traitement des myomes utérins implique l’utilisation d’une combinaison de techniques chirurgicales. L’hystérectomie est le traitement standard des fibromes, mais il existe d’autres options pour les myomes utérins qui peuvent être moins invasives tout en permettant une réduction significative de leur taille. Certaines femmes peuvent même être en mesure d’éviter l’hystérectomie.

Le traitement des myomes utérins peut être une option pour les patientes présentant des myomes sous-muqueux. Les procédures chirurgicales peuvent impliquer l’utilisation d’acétate d’ulipristal, qui est un puissant médicament de chimiothérapie.

Sujets similaires

Total
6K
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *