Diagnostic du cancer de l’endomètre

Diagnostic du cancer de l’endomètre

Pour déterminer si vous avez un cancer de l’endomètre, votre médecin effectuera plusieurs tests. Ces tests comprennent la biopsie de l’endomètre, l’échographie transvaginale, la dilatation et le curetage, et le test des biomarqueurs. Votre médecin peut également effectuer un test Pap pour identifier les cellules cancéreuses dans votre col de l’utérus. Ces tests ne sont pas toujours concluants, il est donc important de parler avec votre médecin de vos symptômes et de vos antécédents médicaux.

Biopsie de l’endomètre Le cancer de l’endomètre est un type de cancer de la muqueuse de l’utérus. La biopsie est généralement réalisée par voie chirurgicale et le tissu de l’échantillon est envoyé à un laboratoire pour des analyses complémentaires. Les résultats permettront de déterminer le traitement le plus adapté à votre cas.

La biopsie de l’endomètre est une procédure sûre, mais la patiente doit prendre des analgésiques au préalable, car la procédure peut provoquer des crampes. L’intervention dure généralement entre cinq et quinze minutes. Les patientes peuvent ressentir des crampes semblables aux crampes menstruelles, mais elles sont généralement de courte durée.

Lors de la découverte d’un cancer de l’endomètre, d’autres tests peuvent être effectués pour déterminer si le cancer s’est propagé en dehors de l’utérus. Ce processus est connu sous le nom de stadification. D’autres tests peuvent inclure une hystérectomie ou des biopsies d’autres parties du corps.

Les analyses de sang peuvent également aider à diagnostiquer le cancer de l’endomètre. Une numération globulaire complète permet de mesurer différents types de cellules sanguines, et une numération globulaire anormale peut indiquer un cancer de l’endomètre. En plus de l’hémogramme, les médecins peuvent également vérifier le taux de CA-125, une substance libérée dans le sang par de nombreux types de cancer. Si le taux de CA-125 est élevé, le cancer peut s’être propagé au-delà de l’utérus et nécessiter un traitement supplémentaire.

Bien que le cancer de l’endomètre puisse être diagnostiqué par divers tests, une biopsie de l’endomètre est le meilleur moyen de déterminer si la maladie est présente. Le test fournira des informations sur la maladie et aidera le médecin à planifier votre traitement. Les résultats devraient être disponibles dans une semaine environ.

Le cancer de l’endomètre est le plus souvent diagnostiqué par une biopsie de l’endomètre, une procédure au cours de laquelle le médecin insère un tube fin et flexible dans le col de l’utérus et aspire l’endomètre à l’aide d’un hystéroscope. L’intervention dure généralement quelques minutes et peut être réalisée sous anesthésie générale ou sous sédation. L’échantillon est ensuite examiné au microscope pour détecter les signes de cancer de l’endomètre. Le médecin procède alors à la détermination du stade du cancer.

Échographie transvaginale

L’échographie transvaginale n’est pas une méthode de dépistage fiable du cancer de l’endomètre. En fait, elle peut être trop sensible et surdiagnostiquer les patientes. Les conclusions d’une étude récente menée par Kemi M. Doll et ses collègues aux États-Unis suggèrent que ce test n’est pas équitable sur le plan racial.

L’échographie transvaginale (TVUS) utilise des ondes sonores pour créer des images des organes internes. Le transducteur glisse sur la partie inférieure de l’abdomen, enregistrant les images créées par les ondes sonores se réfléchissant sur les organes pelviens. Les images capturées peuvent révéler des anomalies de l’utérus et de la couche musculaire utérine. Le test peut également détecter des anomalies dans la vessie et les trompes de Fallope.

La sensibilité de ce test dépend de l’épaisseur du tissu endométrial. Une épaisseur de plus de 5 mm est associée à un risque plus faible de cancer de l’endomètre, mais le taux de faux négatifs est d’environ 1 %. En outre, certaines patientes dont l’épaisseur du tissu endométrial est inférieure à 5 mm présentent des formes avancées de cancer de l’endomètre.

Un D&C est un autre moyen de diagnostiquer le cancer de l’endomètre. La procédure nécessite une anesthésie ou une sédation consciente. Les patients peuvent généralement subir la procédure en ambulatoire. Le tissu endométrial prélevé est ensuite examiné au microscope et testé pour déterminer s’il s’agit d’un cancer. Les résultats de l’examen sont généralement disponibles dans un rapport de laboratoire.

Le cancer de l’endomètre est généralement détecté au stade I. C’est une cause peu fréquente de métastases en boulet de canon aux poumons. En cas de suspicion de cancer de l’endomètre chez une patiente, le médecin peut recommander une échographie transvaginale pour écarter la maladie. Si l’examen révèle que la tumeur est épaissie ou qu’elle a l’apparence d’une masse, elle doit être suivie d’une IRM pour déterminer l’étendue de sa propagation et si un traitement est approprié.

Dilatation et curetage

Le processus de dilatation et de curetage est utilisé pour examiner la muqueuse de l’utérus à la recherche de signes de cancer de l’endomètre. Cette procédure consiste à ouvrir le col de l’utérus à l’aide d’un dilatateur chirurgical et à gratter l’endomètre et les autres tissus. Après la fin de l’anesthésie, l’utérus est soigneusement examiné et un spéculum est inséré dans le vagin pour voir ce qui se passe.

Le processus de dilatation et de curetage nécessite une visite à la clinique et dure environ une heure. Il peut être effectué sous anesthésie générale ou péridurale et la plupart des femmes rentrent chez elles le jour même. Des tests d’imagerie peuvent également être réalisés pour déterminer la taille et la propagation du cancer. Un scanner ou une IRM utilise un ordinateur pour créer des images informatisées des tissus mous, y compris de l’utérus.

Une biopsie de l’endomètre peut également être utilisée pour diagnostiquer le cancer de l’endomètre. La biopsie consiste à prélever un petit échantillon de tissu de l’endomètre à l’aide d’un tube fin et flexible inséré dans le vagin ou le rectum, puis aspiré. Après la biopsie, les patientes peuvent ressentir une légère douleur et des saignements vaginaux pendant une courte période, mais ces symptômes finiront par disparaître. Dans l’intervalle, la patiente peut prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour soulager la gêne occasionnée. La procédure est généralement très précise lorsqu’il s’agit de diagnostiquer un cancer de l’endomètre.

Si la biopsie à la pipelle est une procédure rapide et facile, la biopsie doit être de qualité et de quantité suffisantes pour confirmer le diagnostic. Il est important de noter que les résultats des deux méthodes sont presque identiques dans 95 % des cas. Par conséquent, les deux méthodes sont aussi fiables l’une que l’autre pour la détection du cancer de l’endomètre. Les tests de biomarqueurs

Les tests de biomarqueurs pour les tumeurs de l’endomètre peuvent aider à orienter les options de traitement. Ces tests mesurent l’expression de gènes spécifiques qui sont liés au risque de cancer. Ces gènes comprennent AURKA, HPRT1 et PGK1. Des niveaux élevés de ces gènes peuvent prédire la gravité du cancer et s’il répondra à un type de traitement particulier.

Les progrès récents des technologies omiques ont facilité l’identification de nouveaux biomarqueurs pour le diagnostic du cancer de l’endomètre. La RT-qPCR, qui mesure les niveaux d’expression des gènes dans les cellules cancéreuses et normales, a permis d’identifier plus de 40 biomarqueurs candidats pour le cancer de l’endomètre. Cependant, des travaux supplémentaires doivent être effectués pour confirmer leur valeur diagnostique dans des essais cliniques de plus grande envergure. Cependant, il est nécessaire d’affiner les tests de biomarqueurs pour le cancer de l’endomètre.

Pour effectuer des tests de biomarqueurs pour le cancer de l’endomètre, des échantillons de la maladie sont prélevés chez la patiente. Ces échantillons sont ensuite envoyés à un laboratoire spécialisé. Les résultats des tests seront analysés puis compilés dans un rapport, énumérant les traitements qui pourraient fonctionner dans chaque cas. Une fois les résultats disponibles, l’équipe soignante en discute et décide de la meilleure marche à suivre.

Le test des biomarqueurs est également utile dans les essais cliniques. Il permet aux médecins d’identifier les biomarqueurs tumoraux et les protéines qui correspondent au cancer. Cela les aide à mieux adapter le traitement à la tumeur du patient. Contrairement aux tests génétiques, les tests de biomarqueurs ne sont pas utilisés pour diagnostiquer le cancer mais pour aider à sélectionner un traitement adapté. Certains traitements sont plus efficaces chez les personnes présentant certains biomarqueurs, tandis que d’autres ne le sont pas.

Les tests de biomarqueurs sont non seulement utiles pour le diagnostic du cancer de l’endomètre, mais peuvent également aider la patiente à éviter les effets secondaires. Ils peuvent être effectués sur des échantillons de tissu tumoral ou de sang.

Test de dépistage cervical

Les tests de dépistage cervical sont des outils importants pour la détection précoce du cancer de l’endomètre. Cependant, il existe encore beaucoup d’incertitudes quant à leur sensibilité. Il a été démontré que le test Pap pouvait détecter jusqu’à 45 % des cas de cancer de l’endomètre, mais ce chiffre reste faible par rapport aux autres tests. Les récents développements dans la technologie du diagnostic du cancer de l’endomètre pourraient contribuer à améliorer la sensibilité du test.

La détection précoce est essentielle pour les femmes présentant un risque de cancer de l’endomètre. Le frottis conventionnel s’est révélé être un bon outil de dépistage du cancer du col de l’utérus, mais son utilisation pour détecter les cellules endométriales bénignes est controversée. Seules quelques études ont examiné l’utilité du frottis pour la détection du cancer de l’endomètre. Cependant, ce test a le potentiel de détecter à la fois les cellules endométriales atypiques et bénignes, et présente une bonne corrélation avec les paramètres clinicopathologiques.

L’échographie transvaginale (TVUS) est un autre test de dépistage du cancer de l’endomètre. Elle fournit des images de l’utérus et du tissu endométrial. Le médecin insère un tube fin à travers le col de l’utérus et utilise une caméra remplie de lumière pour regarder à l’intérieur du vagin. L’examen peut durer de trente à quatre-vingt-dix minutes.

Dans certains cas, un saignement anormal pendant un examen vaginal peut indiquer un cancer de l’endomètre. Les échographies endovaginales peuvent également révéler des anomalies structurelles de l’endomètre. Ces tests peuvent être très utiles pour déterminer les femmes qui doivent subir des examens complémentaires. Par conséquent, si vous avez des saignements inhabituels, vous devez faire votre dépistage du cancer du col de l’utérus dès que possible.

Les résultats des tests de dépistage du cancer du col de l’utérus vous donneront une bonne idée du risque de développer cette maladie. Les tests de dépistage du cancer du col de l’utérus peuvent aider à identifier les cellules anormales avant qu’elles ne deviennent cancéreuses. La plupart des cas peuvent être évités grâce à un dépistage régulier et à un traitement de suivi.

Sujets similaires

Total
6K
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *